< retour aux Articles
On en parle

Patrick Loste ou le sacre archaïque du cheval infini

Christian Noorbergen, le 1 mars 2021

Patrick Loste travaille au sol sur de rudes bâches, et dans cette œuvre de boue et d’intemporalité, la surface des choses a disparu. Il n’y a plus qu’un espace ouvert qui s’étend jusqu’à l’immensité, la seule à faire paysage.

Toile libre – 154×140 cm

Pour 1,85€/mois, découvrez l’intégralité de tous les articles !

Je m’abonne