< retour aux Articles
On en parle

Sans titre 8

John Doe, le 8 septembre 2015

Christophe LACHIZE

Né en 1969 – Vit et travaille à Lyon (69)

 

Malgré la radicalité de ma pratique, je ne répète pas. Chaque fois est une tentative. Dans un premier temps il y a la peinture. Elle vient de l’émotion, de la sensation, couche après couche, d’une écriture automatique. Je gratte, ponce. J’écorche, répare. Les épaisseurs se juxtaposent tant bien que mal en couches inégales. Il faut affronter les doutes, accepter de se perdre, de ne pas voir. Etre au bord de la catastrophe mais avancer encore d’un pas. Jusqu’à trouver le geste qui sauve. Retirer la couleur tant que les choses ne deviennent pas plus claires. Réduire. Recouvrir. Recouvrer… Et enfin voir. L’arbre peut alors exister. L’arbre pose le ciel, pose le sol.

C’est de la difficulté de se construire au quotidien dont je parle. C’est de l’acte délicat de trouver une place. Mes peintures ne sont paysages que par la présence opportune d’un arbre. Motif récurrent qui ponctue la fin de la recherche.

 

Site de l’artiste : www.christophelachize.over-blog.com