< retour aux Articles
On en parle

Ce doigt qu’un autre jour calcule

John Doe, le 5 septembre 2016

DANIELLE BURGART

Vit et travaille à Paris (75)

 

Dans « La trilogie de l’homme-oiseau », le corps n’est plus juste un corps humain. Il y a une tête d’oiseau, posée comme par oubli. Par sa présence le corps devient hybride et nous amène à traiter du rapport entre réel et imaginaire non en temps que couple de contraire mais en intégrant l’imaginaire dans la réalité en lui donnant la possibilité d’être. J’aimerai dire : « Voilà l’humanité qui n’existe pas et pourtant on l’a aimé ». …utilisant l’allégorie pour interroger l’humanité, apportant la violence de la couleur en résonance à celle du monde.

 

Site de l’artiste : www.danielle-burgart.com