< retour aux Articles
On en parle

Jia Juan Li – Une mélancolie très poétique

Aralya, le 5 avril 2019

Découverte récente d’une artiste chinoise qui a participé à une belle exposition à la galerie Licence IV à Lyon en partenariat avec Souchaud Art Project. Toute en finesse et subtilité, le travail de Jia Juan Li nous a enchantés par la maîtrise des compositions toutes empreintes de mélancolie poétique et d’une beauté à couper le souffle. Une mélancolie du temps passé. 

Liberté – 2013

Née en Chine, l’artiste a choisi la France pour y vivre et travailler au plus près de la peinture occidentale six mois par an. L’atmosphère des toiles de Jia Juan Li est faite de ces instants de la vie où l’on prend son temps. Les scènes de ses tableaux ne glissent pas vers les regrets, elles s’abandonnent à une sorte de « spleen » délicieux, tout à la fois fascinant et insupportable. Un monde de silence tout empreint d’une sérénité orientale indéfinissable. On pénètre dans ces univers avec une infinie tendresse pour le destin de ces personnages ! Il y a de l’éternité dans ce travail! 

Attraper des papillons – 2013 – 100×100 cm

La peinture de Jia Juan Li n’est en rien anecdotique. Plus on la regarde, plus on « entre dedans » et plus nombreux sont les détails qui apparaissent. L’admirable travail de la peinture à l’huile, dans toute sa difficulté technique, nous saute au visage. Tout est en place dans une composition parfaitement maîtrisée. Un curieux sentiment d’étrangeté nous envahit. « Avec ses représentations de portraits de femmes, de jardins, de scènes d’intérieur vides ou animées de personnages, elle déplace le réel, en atténue l’agressivité déformante, au profit d’un recueillement… Partagée entre passé et présent, héritage et vision personnelle, Jia Juan Li s’empare d’un champ pictural… pour une méditation sur la poésie… dans son désir d’exprimer toujours davantage ses sensations intimes » écrit Lydia Harambourg. 

Intérieur – 2012 – 162×130 cm

Quelle belle peinture ! Un grand choc émotionnel !