< retour aux Articles
On en parle

Grande racine rouge

John Doe, le 21 December 2011

Né en 1965 à Toulouse, ancien élève des Beaux-Arts de Paris, Paul de Pignol est présenté dans Artension n°111.

 

« On voit des corps de ténèbres, et de sombres îles de chair, aux organes perdus. Bras et jambes, qui font commune humanité, ont disparu. D’amères déesses mères, aux terribles contours durcis d’enfantements monstrueux, ont pris l’univers dans leurs rets. Elles disent mille fois non aux beautés sommaires. Les sculptures de Paul, nouées d’implacable apparence, sont des trous noirs dans le vide impensable. D’étranges cordons ombilicaux, en stalagmites filamenteuses et fragiles, calligraphient sourdement l’espace. Et ses dessins sont comme des cils qui tremblent à vif dans l’air du temps. »

Christian Noorbergen

 

www.pauldepignol.com