< retour aux Articles
On en parle

Gargouille

John Doe, le 20 April 2012

« Producteur de fraises et d’asperges depuis vingt ans, nous nous sommes diversifiés dans la fabrication et la commercialisation de vin de fraise depuis treize ans » explique Thibaut Guilaume, qui gère Saveurs d’Ornain, une entreprise familiale où œuvrent quatre personnes, à Revigny-sur-Ornain. « Nous avons choisi Olivier de Cayron pour plusieurs raisons. Nous avons été touchés par la pluralité des endroits où il a réalisé ses photos. Sentir qu’un endroit, au hasard d’une balade, ait pu ainsi l’interpeller… Olivier se l’est approprié pour le revisiter à sa façon. Ce que nous faisons tous dans chaque endroit où nous passons, finalement. La transformation d’un endroit concret suivant une imagination correspond à ce que nous avons fait avec nos fraises : les transformer pour en faire un produit qui nous correspond. Nous sommes très fiers qu’Olivier ait accepté d’exposer dans notre modeste endroit et surtout qu’il ait envie de s’inspirer de nos champs pour en faire une œuvre pleine de couleurs et d imagination. »

Le Pôle Emploi de Revigny-sur-Ornain, animé depuis 2003 sous la houlette d’Isabelle Fnides par trois personnes, montre lui aussi des œuvres de cet artiste, à un public… « Qui ne côtoie l’art que très rarement » convient Isabelle.

Dans ces lieux, les créations d’Olivier de Cayron – conçues à partir de photographies métamorphosées grâce à un travail de la géométrie et de la couleur sur ordinateur, et à une impression sur des supports originaux, en bas-relief parfois – surprennent. Les images de ports, de mégapoles ou plus récemment de champs ainsi sublimés dressent du monde un portrait chamarré, complexe et énergique, fameux en Europe depuis 1984 et souvent primé. « Habitué aux Manifestations d’art contemporain et aux galeries, dit l’artiste, je reste très attaché à présenter mon travail dans des lieux atypiques qui me permettent d’aller à la rencontre d’autres univers. Ces expériences me donnent la possibilité de me recentrer sur ma création et ces nouveaux échanges, de retrouver le statut social de l’artiste. Créer du lien par une poétique et un regard plastique partagé… COP’ART semble offrir cette possibilité de rencontre. »

Site de l’artiste : Je visite