< retour aux Articles
On en parle

Ben voyons Ginette – “La quête mystique de Léo Fourdrinier”

Nicole Esterolle, le 15 juillet 2022

Son cheminement créatif transparaît par le biais de la matérialisation de ses images mentales6. Dans une quête mystique, irradier de son être l’espace et empoigner toutes les possibilités pour créer avec ce qui existe autour de lui est son modus operandi. 
Le caractère science-fictionnel de sa pratique n’est pas à écarter. Nous avons tout intérêt en revanche à chercher plus loin, plus profondément, dans une multiple réalité constituée d’œuvres-monde.  Son œuvre inter-dimensionnelle  aurait pu être réalisée dans un monde post-apocalyptique. 
De nombreux questionnements nous traversent lorsqu’on déambule autour des dispositifs de Léo Fourdrinier. Plus en avant, l’esthétique et la résonnance de ses artefacts nous révèlent leur caractère émancipateur. Car c’est bien de liberté dont nous parlons ici. De fougue. De maturité de la jeunesse. Des mots sauraient peut-être le définir dans un temps figé, mais en aucun cas ne pourraient prédire ce qu’il adviendra de son sprint vers l’anticipation” Bertrand Riou. …Ben voyons Ginette ! 

Léo Fourdrinier est né en 1992 à Paris . Il vit à Toulon.  Il figure parmi les artistes présentés dans la Biennale “Manifeste de la fragilité”  de Lyon 2022.

En Une : Léo Fourdrinier – Love like a sunset – 2020 – vue de l’exposition à la Galerie l’axolotl – Toulon – ©courtesy de l’artiste