RONEL - DE DEMO

RONEL - DE DEMO

GALERIE SEPTENTRION

Du 1er décembre 2017 au 21 janvier 2018

MARCQ-EN-BAROEUL (59)

 

 

RONEL - DE DEMO

Christophe Ronel est de retour à la galerie Septentrion où il fit son entrée il y a 23 ans. Plus que jamais, le peintre, en perpétuelle quête d’ailleurs tant géographiques que plastiques, tisse son chemin au fil des escapades et autres voyages qui ponctuent ses longues phases de travail d’atelier. C’est dans cet alambic propice à la reconstruction du monde qu’il agence ses tableaux aux constructions aussi étranges qu’inattendues où les animaux et humains se côtoient comme dans une grande fable. Ses compositions sont largement nourries de son quotidien travail de dessinateur et de carnettiste qu’il considère tout autant comme stimulateur de mémoire que comme indispensable travail de l’oeil et de la main. Ronel met en pièces le réel, le transfigure et le ré-agence dans ses compositions hautes en pâte et en couleur où la poésie et l’étrangeté se juxtaposent souvent à la farce ou ce qu’il aime nommer « l’humour plastique ».

Christophe revisite dans tous les sens du terme une certaine Afrique qui lui tient à coeur, l’Inde où il est récemment retourné, l’Asie qui tient une part belle dans son parcours. Ces derniers temps, c’est l’Ouest Américain qui fait son apparition, entraînant dans sa peinture de nouveaux agencements. La suite, qu’il consacre aux « Sweet cities » imprégnées de l’esprit de San Francisco et de la Californie, évoque les emboitements des maisons peintes qu’il représente comme des jouets aux couleurs pâtissières, ponctués d’enseignes polychromes.

 

Christophe Ronel dédicacera à l’occasion du vernissage sa récente publication : un album de voyage ouest américain « De San Francisco à San Francisco ».

 

James De Demo s’est initié aux techniques du dessin et de la peinture en 1985. Depuis, il façonne, modèle, dessine, peint, cuit, meule, soude, colle, assemble ce qui naît de ses croquis. Ses sculptures sont plus ou moins figuratives selon les thèmes : le bestiaire, les mobiles, les fables, l’humain…

Ces volumes sont surtout les supports d’une autre expression : la peinture. Au fil des années, sa peinture extériorise d’ailleurs davantage des rêves profonds, des espaces ludiques pleins d’humour, ce monde radieux de l’enfance, les sourires, les clins d’œil… Une exposition légère et aérienne qui donne le sourire…