Pascal HONORE

Pascal HONORE

GALERIE CLAUDINE LEGRAND

Du 9 au 29 avril 2014

PARIS 6ème

 

 

Pascal HONORE

 

Les jardins de Pascal Honoré

On dit figurément de celui qui a fait quelque ouvrage, quand il le présente, que ce sont les fruits de son jardin.

Les mots d’Antoine Furetière (1690) disent – en leur temps – ce qu’est l’œuvre de Pascal Honoré, aujourd’hui présentée. Ils sont doublement vrais, figurément, et au sens propre : dans cette belle ouvrage, le motif essentiel et vital, c’est le jardin, espace clos peuplé de fouillis végétaux.

Avant de donner au tableau la verticalité obligatoire du genre, Pascal Honoré le pose sur un plan horizontal et se penche sur lui. Tel le jardinier, il découpe ses carrés et ses rectangles comme on découpe les plates bandes du potager. En mosaïste et en carreleur, il dessine ses parallèles et ses croisillons. Ou encore, – terre natale oblige –, tel le viticulteur, il aligne ses rangs de vigne. Sur cet à plat, désormais cadastré, le peintre superpose des papiers peuplés de formes stylisées. Fleurs et cailloux habitent désormais les parcelles. Sur le papier népalais, les arabesques de la plante enjambent la ligne penchent sur votre lopin, au-delà de la barrière, les rameaux de vigne du voisin. Le tout a la délicatesse et la fragilité de l’herbier, collection de fleurs et de feuilles communes et rustiques. Mais la variété des formes est infinie : dentelées, spiralées, retombantes, érectiles. Le sol est parsemé de bogues, crosses, coquilles, graines, épis, graminées, racines, boutures.

(Extrait d'un texte de Marthe Jovaille)