PARC DE SCULPTURES ET LES FOLLES D’ENFER

PARC DE SCULPTURES ET LES FOLLES D’ENFER

PARC DE SCULPTURES

Du 28 juin au 30 décembre 2020

ISSOUDUN (36)

 

 

PARC DE SCULPTURES ET LES FOLLES D’ENFER

« Une immense statue en bois, 3,75 m de haut, trône dans le hall du Musée de L’Hospice Saint-Roch à Issoudun. « L’Homme » d’Anton Pinner, remarquable sculpture, accueille à bras ouverts le public, et l’invite à une belle balade dans le Parc des Sculptures nouvellement aménagé, et dans les deux expositions consacrées à la sculpture.

La résonance entre les œuvres présentées à l’intérieur et à l’extérieur est l’axe de travail principal, en relation avec le fonds du musée, souligne le conservateur Patrice Moreau. Et grande fierté de conserver jusqu’en 2021 l’œuvre majeure de cette artiste-graveure à l’identité masculine, que Picasso appréciait.

Le Parc est conçu comme une extension à ciel ouvert du Musée, directement accessible depuis l’aile contemporaine. La configuration parcellaire, héritée du Jardin de Simples de Hôtel-Dieu a été respectée, une allée mène à la terrasse au bord de l’eau avec vue sur les bâtiments de l’ancien hospice. Un figuier et un chêne rappellent les exceptionnels Arbres de Jessé (fin du XVe-début du XVIe) situés dans la Chapelle. 27 sculptures de 18 artistes des XXe et XXIe siècles, avec un solide noyau lié aux artistes de la collection, comme Brigitte Terziev et ses Veilleurs. Le Musée a bénéficié de dépôts de plusieurs institutions et de prêts temporaires, avec renouvellement, tous les trimestres, de la présentation.

Bronzes méconnus de Max Ernst, César, (superbe pièce ancienne), André Masson, ainsi que le « Totem » de Joana Müller. Béton brut avec la « Tortue démolie » de Jean Amado, et métal avec Odile Mir… Certains éléments s’imposent dans un jardin : la grande Table en bois massif de Martin Szekely, le fauteuil en inox de Vincent Batbedat, la grande Fleur en marbre de Maria Papa, l’immense et monumentale structure solaire en bois et inox créée in situ par Vincent Mauger ou encore l’œuvre sonore, subtile et poétique de Cécile Le Talec. La plasticienne Mâkhi Xenakis a disposé en cercle 5 figures filiformes “familiales“ en ciment armé teinté, dont elle-même, sa mère, son père en cyclope, tournant le dos à Louise Bourgeois, formidable amie de l’artiste sur qui Mâkhi a écrit un livre. Autant d’éléments autobiographiques…

Huit artistes exposant dans le Parc sont invités à présenter leurs travaux récents, rendant compte de la diversité de leur création, dans l’exposition intitulée « Dehors-dedans, inédits d’atelier ». Figures de Brigitte Terziev, collages d’Odile Mir, vidéo d’un paysage graphique de Vincent Maurer, variations sonores de Cécile Le Talec. L’installation/sculptures de Mâkhi Xenakis, dans la salle des femmes de l’ancien hospice « Les Folles d’enfer », rend hommage aux aliénées de la Salpêtrière. En bruit de fond, les paroles et suppliques de ces femmes enfermées là depuis Louis XIV jusqu’à Charcot. Indicible univers carcéral.

L’ensemble du musée, ses riches collections, telles les donations Fred Deux et Léonor Fini, et le Parc de sculptures, sont ouverts gratuitement au public.» Chantal Vérin

Musée Saint-Roch – Issoudun 36100 - www.museeissoudun.tv