LA SPLENDEUR DES ZHAO

LA SPLENDEUR DES ZHAO

ESPACE COMMINES

Du 26 au 30 octobre 2018

PARIS 3ème

 

 

LA SPLENDEUR DES ZHAO

Zhao Dan et et sa fille Zhao Qing sont deux artistes indissociables de l’art contemporain chinois. En effet, si Zhao Dan aura marqué le cinéma chinois à partir des années trente, sa fille le suivra avec la danse folklorique. Leur héritage culturel est, pour la Chine, inestimable.

Poussée par le désir de rendre hommage à la France, pays qui a vu naître le cinéma et qui a toujours encouragé la manifestation artistique sur toutes ses formes, l’Association Chinoise des Echanges Socio-économiques et Culturels (ACESC) présente pour la première fois à Paris ces deux artistes. L’ACESC, qui se veut être un accompagnateur et un soutien pour les artistes, a également souhaité saisir cette occasion exceptionnelle pour présenter ceux qu’elle souhaite promouvoir.

Zhao Dan (1915–1980) aura, tout au long de sa carrière, incarné plus de cent personnages, dont plus de cinquante rôles au théâtre et une quarantaine au cinéma. L’Ange de la rue film tourné en 1937, est à ce jour considéré comme un classique du patrimoine cinématographique chinois. Salué en 1995, et en Chine, comme l'un des plus grands artistes, il remportera le Prix du Siècle du meilleur acteur chinois.

Zhao Qing (née en 1936) joue pour la première fois dans un film à l'âge de quatre ans. Par la suite elle interprétera des dizaines de rôles importants au théâtre et au cinéma. Elle appartient à la première génération de danseurs modernes de la nouvelle République populaire de Chine. Ces dernières années, Zhao Qing a consacré sa vie à la création de plus de 70 peintures à l'huile aux styles diversifiés. En 2011, à l’occasion du soixantième anniversaire de sa carrière artistique, le Musée National de Chine lui consacrera une exposition. Un an plus tard, le Liu Haisu Art Museum de Shanghai présente au public plus de 70 de ses peintures rassemblant une partie de son travail, ainsi que celui de son père Zhao Dan. En 2013, ce sont les Etats-Unis qui découvriront son travail. La presse américaine ne tarira pas d’éloges à son sujet. Zhao Qing a contribué - et contribue encore largement - à faire connaître l’art chinois dans le reste du monde.