JEAN-GUY LATTRAYE

JEAN-GUY LATTRAYE

GALERIE JEAN FERRAT

Du 8 novembre au 16 décembre 2018

LONGLAVILLE (54)

 

 

JEAN-GUY LATTRAYE

Comme bien d’autres artistes avant lui, Jean-Guy Lattraye décrit le monde qui l’entoure, il fait partager son interprétation de son environnement… Et il considère que c’est le propre rôle de l’artiste.

Il dépeint un monde envahi. Envahi par la technologie, envahi par les déchets, maltraité par des mécanismes politiques, économiques et sociétaux dont l’humanisme a été chassé ; un univers qu’il juge hostile. L’idée générale est, au travers de chaque sculpture, d’amener le spectateur à réfléchir sur de grands débats de société sans pour autant proposer une opinion claire. Par exemple, « coke party » n’est ni une apologie ni une condamnation de l’usage de la drogue mais une sorte de paysage sociologique, un constat de ce qu’il voit se passer autour de lui…

Les thèmes développés ici sont aussi nombreux et divers que le triomphe de la superficialité sur la profondeur (coeur percé), l’évolution de la construction architecturale (parpaings), l’agressivité du système capitaliste dans lequel nous baignons (trafic d’organes) la question même de la liberté dans ce système (fers) la surconsommation et la production de déchets (ressources naturelles, Big-cola ) ou encore l’invasion technologique jusque dans nos propres organes ( moelle, trafic d’organes, pacemaker, calaveritas ) le tout étant teinté d’une certaine ironie. Tout ceci dans le but avoué de provoquer chez le spectateur un temps (une pause) de réflexion. Les moyens (stratagèmes) qu’il met en place pour ce faire, hormis la beauté froide présente dans ses oeuvres taillées, sont surtout de l’ordre de la juxtaposition de nombreux paradoxes qu’il va détailler ici.