HALADUDA - KASTELIK

HALADUDA - KASTELIK

GALERIE ROI DORE

Du 13 septembre au 6 octobre 2018

PARIS 3ème

 

 

HALADUDA - KASTELIK

L’exposition Le Sud est un voyage présente les œuvres récentes de Marek Haladuda de son cycle « Voyage dans le Sud ». L’intuition de l’artiste l’a toujours conduit au Sud de l’Europe. C’est là au travers de ses voyages qu’il découvre des espaces qui resteront à jamais gravés en lui – déterminés par la lumière et la couleur. Son récent voyage dans le Sud est marqué par le motif du tableau de Poussin Et in Arcadia ego, constituant une réflexion sur le passage du temps. « Une pensée inattendue et écrasante, déclenchée par un sentiment de menace d’annihilation biologique a marqué ma vision des paysages environnants. » Cette pensée a teinté chacune des rencontres de l’artiste dans le Sud. Et en rentrant dans son atelier en Pologne, c’est avec ce souvenir qu’il a peint et revécu les instants passés dans le Sud, lui rappelant l'éternelle existence du mythe arcadien enregistré au rythme de la vie quotidienne et des rêves...

L’exposition Par la fenêtre… présente les œuvres de l’artiste lauréate du Concours « Au service de l’art et de la patrie » en hommage à I. J. Paderewski (édition 2018). Au travers de son travail constitué d’assemblages, d’objets trouvés, de sculptures, Kastelik nous offre une vue sur le passé, comme une fenêtre du souvenir, de la mémoire. La fenêtre par laquelle nous voyons le paysage défiler, comme symbole du temps qui passe, des étapes de la vie. Dans son travail, elle questionne la mémoire et l’oubli. Elle déterre l’indésirable, le trivial, le rejeté dans le sens littéral et symbolique. L’objet trouvé est vecteur de mémoire. Par l’utilisation d’objets de rebus, délaissés, oubliés, cassés, elle leur insuffle une seconde vie, un nouveau souffle plein de poésie. Ses sculptures mélancoliques, au regard perdu dans le vide, nous rappellent les corps calcinés de Pompéi, arrêtés dans leur élan pour l’éternité. Son œuvre est très personnelle, subjective et en même temps s’inscrit dans l'expérience universelle de chaque être humain. Comme le dit l’artiste « Il y a une valise dans chaque grenier, pleine de souvenirs. Un petit monde de détritus poussiéreux, de fragments de sentiments, de moments imbibés de thé, d’instants de réalité enfermés dans une garde-robe. La redécouverte de ce monde est d'une part une belle expérience, de l'autre elle peut être douloureuse. Nous sommes touchés, envahis par la peur associée au sentiment de perte permanente, à la disparition de la réalité et au désir de la traverser. D'une part, nous entrons constamment dans de nouvelles voies de recherche, de l'autre nous vivons toujours dans le cocon des souvenirs. »