DANIELLE BURGART - BLANDINE GALTIER

DANIELLE BURGART - BLANDINE GALTIER

GALERIE A L’ANE BLEU

Du 8 au 24 décembre 2017

MARCIAC (32)

 

 

DANIELLE BURGART - BLANDINE GALTIER

Tout d’abord, pour Danielle Burgart, il y a le travail avec le modèle. Le modèle pose, fige une attitude, pour peu de temps... il y a urgence de saisir l'instant, de ne pas laisser échapper ce sentiment fugace que nous sommes tous pétris d'une même humanité.

Mes outils sont simples : ce sont ceux du dessin. . La couleur n'est pas ici ma motivation première. Peut être juste sert-elle à la présence d'un mouvement, d'une énergie qui vient effacer le contexte pour se confondre avec la forme. Le corps de l'individu qui pose devient alors ce corps qui parle, qui parle de nous, de notre condition humaine... Avec la tête de l'oiseau, posée comme par oubli, le corps n’est plus juste humain, il devient hybride et nous amène à traiter du rapport entre réel et imaginaire. Intégrer l’imaginaire dans la réalité c'est lui donner la possibilité d’être.

J’aimerai dire : « Voilà l’humanité qui n’existe pas et pourtant on l’a aimé ». Le contexte vient ensuite, de manière diffuse, s’appuyant sur un ressenti, une intuition. C’est à travers ce prisme que je peux construire ma narration que je veux résolument contemporaine, utilisant l’allégorie pour interroger l’humanité, apportant la violence de la couleur en résonance à celle du monde.

Blandine Galtier pratique la gravure en taille douce, en ayant recours à différentes techniques. Au cuivre, elle préfère le zinc en raison du statut de matériau ordinaire, que la gravure vient ennoblir.

Les "paysages manufacturés" ou façonnés par l'homme jalonnent son oeuvre. L'acte même de bâtir s'y trouve magnifié. Evacuée, la présence de l'homme ne se manifeste qu'à travers les traces bâties et l'empreinte qu'il laisse sur son environnement, se situant ainsi dans un registre mémoriel, qui la sublime.