BIENNALE DES ARTS SINGULIERS ET INNOVANTS

BIENNALE DES ARTS SINGULIERS ET INNOVANTS

BIENNALE DES ARTS SINGULIERS

Du 21 février au 21 mars 2020

SAINT ETIENNE (42)

 

 

BIENNALE DES ARTS SINGULIERS ET INNOVANTS

 « IL Y A TANT DE CREATEURS QU’EXCEPTIONNELLEMENT NOUS NE CITONS PERSONNES » (ndlr)

« Présente sur 34 lieux attendus ou improbables, la 7ème Biennale des Arts Singuliers et innovants oxygène formidablement Saint-Etienne et ses alentours. Avec une poignée de bénévoles et de maigres subventions, le Président Louis Molle, artiste lui-même, et ses efficaces retrousses-manches, accomplissent un travail impressionnant. De galeries en médiathèques, de musées en ateliers, de bars en hôpital, une foultitude d’artistes singuliers font remède fabuleux aux fatigues des modernités fabriquées. Le parcours déroutant des artistes exposés dépasse les frontières de la ville, et nombre de petites cités participent au festin des regards.

L’Art Singulier, au tragique de l’Art Brut, ajoute la fête et l’élan. Les marges de l’art bouillonnent d’étrangeté. Elles ne sont pas atteintes par le déjà des repères et des codes. Elles naviguent dans le salutaire no man’s land du hors-sens. Quand il y a trop de béton dans la culture, elles répondent par des charges préverbales où se bousculent les traces chaotiques de l’essentiel. Entre vie brève et folle santé. Art des rires et des sueurs, des grottes intérieures et des secrètes meurtrissures. L’inaccompli de l’art maintient intacte la charge hétérogène des puissances imaginantes. Le chaos veille.

L’Art Singulier surgit par effraction et par débordement des lignes... Passeport de partout et d’ailleurs... Son secret est d’évacuer, dans la jubilation créatrice, toutes les surfaces de l’art qui aveuglent. L’artiste singulier porte des coups qui portent bonheur, au cœur de l’art, dans le cloaque des cultures fatiguées. Œuvres étranges et obsédées, incroyablement denses - ou légères comme le vent - où la vitalité de l’artiste troue le vide, et embrase l’inertie du quotidien. C’est cela que montre l’art des marges : en amont, la folle cartographie des noces renouvelées de l’être et du chaos, en aval, la destruction des barrages de la culture. Œuvres de haute santé. » Christian Noorbergen

Saint-Etienne et alentours - www.BZAprod.org  - www.BZAbeauxlieuxdesZarts.fr