Abdallah BENANTEUR

Abdallah BENANTEUR

Galerie Claude Lemand

Du 18 septembre au 31 octobre 2013

PARIS 6ème

 

Né en 1931 à Mostaganem, Abdallah Benanteur a baigné dans un milieu familial et culturel algérien sensible à l’écriture et au livre manuscrit enluminé, à la poésie mystique musulmane, à la musique et au chant andalous. Il s’établit à Paris en 1953.

Parmi les peintres du Maghreb contemporain, Abdallah Benanteur occupe une place singulière et exemplaire d’un point de vue international, par son refus radical et légitime de tout académisme, qu’il soit figuratif, abstrait ou postmoderniste, comme de tout arrangement folklorique trahissant la vraie tradition arabo-islamique, qui aboutit inévitablement, quel qu’en soit la manière ou le savoir-faire, à l’appauvrissement réducteur et normalisé de la création authentique. En revanche, il en appelle à la peinture, pour lui approprier une gestuelle dérivée du principe calligraphique et qu’il maintient toujours concise, dense, impérieusement rythmée, jamais tentée de se laisser enclore et soumettre par le signe. Elle s’élance dans le mouvement d’une écriture métaphorique et non symbolique, plongeant dans l’arrière-pays du peintre pour se charger de sens et se manifester au monde des hommes, à seule fin d’éveiller en chacun la célébration de l’imaginaire. (Raoul-Jean Moulin)

Entre abstraction et figuration, elles sont magiques ces toiles de Benanteur. Transparentes, irisées de couleurs multiples et toujours assorties de prismatisations raffinées, elles évoquent, sans les représenter vraiment, les vastes espaces de la Bretagne, de la mer ou des déserts dans lesquels ce peintre a pu rêver durant sa jeunesse algérienne. La poésie est constante dans l’univers noble et singulier de cet artiste dont Youri écrit si justement : « Magnifiquement seul, à l’écart des groupes et des modes, il invente son espace, crée son propre temps. »  (Marc Hérissé)