Nicolas DELAMOTTE LEGRAND

Nicolas Delamotte-Legrand est né à Paris en 1975.

A la suite d'études de Philosophie et de danse (CNR, ESDC R. Hightower, RDA/Bachelor in Performing Art), Nicolas poursuit une carrière de danseur/chorégraphe internationale entre 1997 et 2011. En 2001, il deviens co-fondateur et co-Directeur Artistique du collectif MorphoDidius à Rotterdam où il signe souvent, en parallèle à ses performances de danseur-interprète, les costumes et les décors.

En parallèle à sa carrière de danseur, il suit à partir de 2001 une formation de peintre avec l'artiste Peter Diem à Amsterdam. En collaboration avec lui, il participe également au management de la Diem gallery et à la conservation et l'organisation de la collection du Amsterdiem Museum of Modern Art.

En 2006, Nicolas s'installe en Belgique et devient le secrétaire de l'artiste Guillaume Corneille van Beverloo (co-fondateur de CoBrA). Jusqu'en 2011, il occupe les fonctions de Directeur PR des galeries officielles de l'artiste, Conservateur de la Collection et des Archives Corneille et CoBrA et Commissaire des expositions.

Depuis 2012, il développe plus intensément ses projets de plasticien (ateliers et expositions) et travaille comme curator pour des galeries et des associaions.

Installé depuis 2017 en Alsace, il met en place la boutique Stecostar-la petite manufacture des rêves où, aux côtés de Stefan Baier, il défend l'artisanat d'Alsace, de Forêt-Noire et des Monts-Métallifères. Il continue à donner des ateliers de création artistique dans les écoles, les MJC et école de Théâtre, Danse et Musique.

 

Illuminations Posthumes" (2014-2016)

Tissé autour du poème "Ma Rue" écrit par la grand-mère maternelle de l'artiste, l'exposition "Illuminations Posthumes" vous invite à vous promener dans une galerie de portraits, tels les tâches sombres de souvenirs enfouis, tels les traces lumineuses d'un passé chéri. L'exposition et le poème sont un seul et même plaidoyer contre la guerre, un témoignage d'amour, d'espoir et une ode à la vie.

"Encrâges" (2016-2018)

Laisser aller le geste. Entre abstraction lyrique et illustration, Nicolas laisse à nouveau libre court à son imaginaire en laissant parler et communiquer les matières : grain du papier, encre de Chine et laques.

 

 

 

 

 

En savoir plus...